TOUT le Conseil d'administration vous souhaite une BELLE ANNÉE 2015

Toutes les actions et prises de position de l’ONSSF ont pour but l’AUTONOMIE et la RECONNAISSANCE de la profession Sage-femme
 

DEMANDEZ rendez-vous à votre député et à votre sénateur

Depuis le début du conflit, nous n'avons pas cessé d'interpeller les élus : députés, sénateurs, maires
Voici la synthèse des revendications et du mouvement 2013/2014 destinée aux députés et aux sénateurs.
Ce document a été transmis à l'ensemble des députés et des sénateurs en octobre 2014.

Les deux syndicats de sages-femmes ONSSF et UNSSF, ainsi que les principales associations de SF : CNSF, ANSFL, ANSFC, CNEMa et Anesf ont signé la Contribution commune sur la sage-femme 1er recours et le parcours de santé des femmes
Utiliser ce document lors de vos rendez-vous avec les 3 annexes ci jointes
Annexe 1_The Lancet
Annexe 2_ demographie des SF
Annexe 3_Courrier commun sur le droit de prescription des SF
Il est important que les revendications soient ensuite portées et soutenues par les principales concernées, nous, les sages-femmes auprès de chaque député, chaque sénateur.
La Stratégie Nationale de Santé s'écrit et se décide dans les prochains mois; députés et sénateurs auront à voter et à amender le projet de loi de santé. Ils ont donc la possibilité de modifier le projet de loi initial.
Nous nous devons de nous y inscrire, de compter, de peser sur ce qui sera décidé pour nous.

 
Cliquez sur la photo ci-dessous pour accéder aux Contributions du Collectif des sages-femmes sur les revendications, travaux auxquels l'ONSSF a participé
1er recours_statut SFH_Formation initiale
Haut de page
Newsletter

   Tapez votre adresse :

Espace adhérent

Accédez à l'espace adhérent pour bénéficier de toute la documentation sur les questions économiques, législatives et réglementaires utiles.

» Cliquez ici pour obtenir vos codes

Adhérer à l'ONSSF

Décret sur statut hospitalier des sages-femmes paru le 26/12/2014

lire la suite ....cliquez ici

Le mouvement de protestation 2013-2014 a été historique :
il appartient à chacun d’entre nous, aujourd’hui, d’en pérenniser les ambitions, afin d’en garantir un jour le succès.

Le mouvement de grève de 2013-14, a de nouveau mis en exergue les enjeux auxquels nous sommes confrontés, mais aussi les dangers que représente l’ignorance de notre profession pour l’ensemble de la population.

Les usagers, les pouvoirs publics, mais aussi une partie de la profession, ont réalisé l’ampleur des dégâts (économiques et humains) dus à l’organisation actuelle du système de santé. Evidemment, le conflit a mis à jour certaines divergences, certains désaccords au sein de notre profession ; tout ceci n’a rien d’insurmontable, en ce que cela fait partie de la nature même du combat en cours.

Les sages-femmes, de tous temps, ont lutté pour que leur place auprès des femmes soit reconnue. Cette profession largement féminisée a montré maintes fois sa capacité à repousser les coups, à ignorer les injures, à s’imposer dans un monde d’hommes, pour accéder à une reconnaissance aujourd’hui encore insuffisante. Ce combat, constant, harassant, décourageant parfois, qui peut aussi se révéler généreux, ardent, passionnant, est surtout indispensable. Pour la santé des femmes. Pour un accueil respectueux des petits d’homme.

En ce mois de janvier 2015, notre ambition est intacte.
Il reste tant à faire.
L’heure n’est surement pas au découragement, encore moins à l’abandon.
Les femmes ne peuvent se passer des sages-femmes.


Les sages-femmes ne disparaîtront pas, quels que soient les coup-bas, les corporatismes sclérosés, les convenances politiques.
D’autres ministres, d’autres gouvernements, viendront: la valse des politiques ne doit pas nous empêcher de continuer notre travail de fond. Ils passent, nous restons.

En cette nouvelle année,
je nous souhaite à tous et toutes de ne jamais céder au défaitisme,
de ne pas se laisser décourager, voire tétaniser, par les épreuves et les silences.


La Loi de Santé est en cours d’écriture et de nombreux députés ont déjà répondu favorablement aux propositions que nous défendons. Travail ingrat s’il en est, c’est aussi ainsi que nous obtiendrons des améliorations de nos conditions de travail, et donc, des améliorations de l’état de santé des femmes et nouveau-nés de ce pays.

Caroline RAQUIN, présidente

L’Organisation Nationale Syndicale des Sages-Femmes revendique l’autonomie réelle dans tous les modes d'exercice de la profession !

Si celle-ci est sans équivoque dans les textes législatifs, la réalité quotidienne est toute autre:
lire la suite.........

LES SAGES-FEMMES ne veulent plus être INVISIBLES

Pour accéder aux différents documents, tracts, explications.... cliquez ICI

TOUS UNIS! TOUS MOBILISES!
Paris et Province / Salariés et Libéraux!!

La sage-femme doit être reconnue comme praticien de premier recours en santé des femmes dans un parcours de soin visible et direct.
Son statut doit être un statut médical :
  • le statut des sages-femmes hospitalière doit être intégré au statut du personnel médical hospitalier, leur conférant une véritable autonomie, un salaire à hauteur de leurs compétences et responsabilités , leur place dans la gouvernance hospitalière !
  • le statut des sages-femmes territoriales doit être revu également!
  • le salaire des sages-femmes des cliniques doit être indexé sur celui des SF hospitalières, leurs compétences et leur autonomie respectées!

Sa formation initiale doit être universitaire et autonome !

Ne laissons pas les autres décider pour nous !